Feuille de chou

Commande de la semaine du 31 juillet

Publié le jeudi, 28 juillet 2016

Nous nous comptons chanceux d'avoir échappé à la grêle qui a dévasté cette semaine les récoltes de nos confrères producteurs du Saguenay ainsi que de la Montérégie. Nous compatissons à leur malheur, conscients des pertes encourues par la ruine des champs et des serres où ils avaient mis leurs espoirs et leurs efforts. Nous comprenons le désarroi où ils sont jetés à voir leur récolte ainsi anéanties. 

------------

De nouveaux produits viennent s'ajouter à votre panier hebdomadaire.

D'abord la betterave, disponible en trois variétés de couleur différente. En plus de la rouge conventionnelle, vous trouverez de de la blanche et de la jaune qui présentent l'avantage de ne pas colorer les aliments qui les accompagnent.

Nos concombres libanais sont arrivés à maturité et s'offrent à votre appétit.

On vous offre un nouvel oignon vert, quoique rose, que l'on pourrait qualifier de géant par rapport à la variété traditionnelle. C'est le tropeana longa. Il s'emploie frais dans les salades, haché finement et n'est pas destiné à la cuisson, car il perdrait tout son goût.

Et finalement le fenouil fait son apparition. Proche parent du céleri, c'est un légume trop peu connu et qui mériterait de l'être davantage, ne serait-ce que pour son goût anisé qui accompagne bien le poisson et les viandes blanches. Vous trouverez d'ailleurs une suggestion à son sujet dans notre section recettes.

D'autres produits prennent une pause pour revenir au cours de l'automne : il s'agit des laitues, du brocoli et des fraises que nous retrouverons sous des températures plus fraîches.

----------

L'ail, une longue histoire en bref.

C'est l'une des plus vieille plantes alimentaires cultivée; elle date d'au moins 5000 ans. La plante souche à l'état sauvage originerait dans le Kasakhstan et au nord de l'Inde. On a trouvé en Égypte des moulages en terre cuite de bulbes d'ail remontant à 3750 ans avant notre ère. C'est là que se situe le premier conflit de travail recensé dans l'histoire; il est relié au refus des dirigeants pharaoniques de fournir des rations d'ail aux ouvriers de la pyramide de Chéops. C'était un fortifiant et un stimulant reconnu pour les travailleurs manuels; et il était fourni en quantité aux armées des Grecs et des Romains. Les légionnaires romains salivaient en pensant que leur ration de pain serait tartinée avec le moretum, probablement l'ancêtre de l'ailloli que connaissent les méditerranéens d'aujourd'hui. En ce temps-là comme aujourd'hui, il se trouvait des fines gueules pour lever le nez sur son arôme puissant et caractéristique. En plus de parfumer les plats, il a la propriété de dilater la circulation sanguine et les bronches, et possède des vertus antibiotiques attestées.

Lire la suite...

Log In or Register